AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum à ouvert ses portes le 01/02/13 ! Venez nombreux you drive me crazy ∞ ft. wesvitto 3402974265 .
On oublie pas de VOTER pour GS you drive me crazy ∞ ft. wesvitto 4081545876 .
Si tu aimes le forum, n'hésite pas à laisser un petit mot sur bazzart & pub rpg design.

Partagez
 

 you drive me crazy ∞ ft. wesvitto

Aller en bas 
AuteurMessage
Torrey J. DeVitto

Torrey J. DeVitto

› awards : 43
› los angeles since : 25/02/2013

you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto EmptyMer 27 Fév - 18:32



Wesvitto





Unless it's mad, passionate, extraordinary love, It's a waste of your time. There are too many mediocre things in life. Love shouldn't be one of them. ▬ Quelques jours de repos laissaient présager un court séjour à Los Angeles parfait, d’autant qu’elle pourrait ainsi passer du temps avec Paul. Depuis le mois de janvier, Torrey tournait à Charleston, c’était un peu plus près d’Atlanta que la Californie, bien sûr, mais ça restait tout de même à cinq heures trente de route, ce qui n’était pas faisable si régulièrement que ça. Qui plus est, ils n’avaient pas toujours leurs jours de repos en même temps, ce qui ne facilitait rien. Mais elle avait l’habitude, n’est-ce pas ? Ils étaient ensemble depuis plus de cinq ans à présent, alors la distance, ils la géraient... Plus ou moins bien. Ils n’avaient pas d’autre choix que de s’y faire, mais Torrey devait bien reconnaître que son fiancé lui manquait et que les appels téléphoniques n’étaient guère suffisant. Alors oui, évidemment, la perspective de passer quelques jours avec lui à Los Angeles l’avait rendu des plus enthousiastes. Elle n’avait pas bronché lorsque Paul avait voulu passer les quelques jours en questions chez Matt. Non pas qu’elle n’appréciait ce dernier, au contraire, il était même devenu un très bon ami, mais pour une fois qu’ils avaient l’occasion d’être ensemble, elle aurait simplement préféré rester en tête à tête avec son fiancé. Elle avait donc pris sur elle, l’important était de se voir, non ? Et puis, elle aussi avait des amies à voir. Maryelle, sa petite soeur lui avait sauté au cou dès qu’elles s’étaient vues. Bon sang, elle lui manquait tellement depuis qu’elle était à l’autre bout du pays. Depuis que la plus jeune des DeVitto vivait à Los Angeles, Torrey s’était habituée à la voir très souvent, alors la coupure laissait un vide béant. Sa soeur avait organisé une soirée avec leurs deux cousines Alexandra qui vivait dans la Cité des Anges depuis quelques mois, et Jennifer. Brittany, Jessica et Arielle avaient complété le tableau. Bref, c’était une véritable soirée entre filles, comme il se doit, arrosée de cocktail! Torrey ne conduisant pas ce soir, elle en avait profitée pour boire quelques mojito. Sans être ivre morte, elle devait bien reconnaître qu’elle était un peu pompette à la fin de la soirée et sa soeur lui avait proposé de rester dormir chez elle. Elle avait hésité, parce qu’elle s’était jurée de profiter de Paul ce week-end et la perspective de ne pas le faire la faisait culpabiliser. Mais il était avec Matt et elle n’osait pas vraiment interrompre leur soirée entre copains. C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée chez Maryelle, où elle n’avait absolument pas dormi. Les deux soeurs avaient bien trop de choses à se raconter pour songer au bras de Morphée. Au petit matin, elle avait appelé un taxi pour retourner chez Matt. La porte de la chambre de ce dernier était fermée si bien qu’elle s’attendait à trouver Paul en train de dormir à poings fermés dans la leur... Mais non, il n’était pas là. Une vague d’inquiétude l’avait alors envahi. Où est-ce qu’il avait bien pu aller ?! En retournant dans le salon, elle avait découvert les restes de leur soirée arrosée et eût bientôt la réponse à sa question de savoir où son fiancé se trouvait. Il venait d’arriver... En compagnie de la jeune femme. Elle appréciait la bulgare, vraiment. Elles s’entendaient bien, mais ce matin-là, la voir en compagnie de Paul lui resta fortement en travers de la gorge. La jeune femme avait trouvé une excuse à la volée, comme quoi elle ne se sentait pas bien et qu’elle avait appelé Matt, mais que c’était finalement Paul qui était arrivé. Quel preux chevalier, n’est-ce pas?! Elle se retint de ne pas lui répondre une remarque cinglante, se contentant de poser son regard sur Paul qui confirmait les dire de la jeune femme. Elle était en colère contre lui. En colère qu’il l’air évité ce week-end, qu’il lui ait préféré Matt, puis Nina qu’il voyait pourtant tous les jours à Atlanta. D’accord, elle était sortie aussi, mais uniquement parce qu’il avait prévu quelque chose de son côté. La colère aidant, elle attrapa le premier reproche au vol. Il avait de toute évidence trop bu la veille. Au fond, elle s’en fichait comme d’une guigne qu’il ait bu un verre de trop, mais elle aurait pu lui faire n’importe quel reproche à cet instant précis. Elle avait l’impression qu’il se foutait d’elle, comme un gamin qui sert des excuses bidons à sa mère. Mais merde, elle n’était pas sa mère, elle était sa fiancée! Et ça faisait mal qu’il agisse de la sorte. Je vais t’attendre dans la voiture. La phrase de Nina avait agi comme une gifle sur elle. Il comptait repartir avec elle. Il avait déjà passé la nuit avec elle, et il comptait repartir passer la journée en sa compagnie. Croyez-moi, elle avait eu envie de hurler et à refouler sa colère, elle sentit sa gorge se resserrer. Elle ne pleurerait pas devant lui, hors de question. Est-ce qu’il pouvait ? Que vouliez-vous qu’elle lui réponde ? Elle avait trop mal pour s’opposer à quoique ce soit. Dès que la porte d’entrée avait claqué, les larmes avait coulé. Elle s’était ensuite décidée à prendre un taxi pour retourner chez Maryelle. Sa soeur n’avait pas eu besoin de poser de question en découvrant ses yeux humides et rougis. « Je crois qu’il ne m’aime plus » C’était sorti tout seul, entre deux sanglots, sans qu’elle n’y réfléchisse. Et puis tout était sorti, toutes les impressions et les pressentiments de ses dernières semaines. Elle avait la sensation d’être la seule à s’impliquer dans l’organisation de leur mariage, la seule à être enthousiaste. Et puis... Il lui donnait tellement l’impression de préférer la compagnie des autres plutôt que la sienne!

Maryelle l’avait raccompagné chez Matt pour qu’elle puisse préparer ses affaires. Elle ne voulait pas rester, elle se sentait trop pathétique de le faire. S’il ne voulait pas passer de temps avec elle, parfait, qu’il reste seul... Elle avait mieux à faire que de l’attendre et de guetter ses marques d’affection. Elle avait croisé l’interprète d’Alaric, à qui elle avait dit qu’elle rentrait à Charleston, sans plus d’explications que cela. Elle appellerait Paul plus tard, d’ici là, il serait sûrement au courant qu’elle n’était pas restée. Les jours suivants lui avaient semblé passer avec monotonie. Elle avait appelé son fiancé bien entendu. Mais elle était restée assez évasive au téléphone, se contentant de banalités. Et puis, elle dû se rendre à l’évidence, il lui manquait et elle se sentait mal de rester sur cette note négative. Elle avait fini par se confier à Elle, une des actrices de la série « Army Wives », le vendredi soir assez tard, alors qu’elles terminaient leur journée. « Torr’, tu me connais maintenant, je suis une dingue de comédies romantiques », avait commencé sa collègue et amie. C’était vrai, elle lui avait même fait faire un tour de Charleston sur les traces de «The Notebook» ! « Alors grimpe dans ta voiture, va le rejoindre et sois épique ! » Epique. Le mot avait fait son bout de chemin dans son esprit, le temps qu’elle rentre au petit appartement qu’elle avait loué pour prendre une douche et mettre quelques affaires dans un sac. Moins d’une heure plus tard, elle était au volant de sa voiture, prête à parcourir les cinq cents kilomètres qui la séparait de lui. Elle était arrivée à Atlanta au petit matin, le soleil n’était même pas encore levé à cette époque de l’année. Elle était passée devant une boulangerie française dans le centre ville. Elle n’avait pas pu s’empêcher de s’y arrêter pour y acheter des croissants. Ils seraient sans doute moins bons que ceux qu’ils avaient dégusté à Paris, en mai dernier, mais ce serait une sorte de clin d’oeil... Ils avaient été tellement bien là-bas, non? A pas de loups, elle s’était glissée dans son appartement, dont elle avait les clés. Sans faire de bruit pour ne pas le réveiller, elle était allée jusqu’à la cuisine et avait préparé du café, puis une salade de fruits pour compléter le petit-déjeuner. Elle plaça le tout sur un plateau et se rendit dans la chambre de son homme, sans un bruit. Elle posa doucement le plateau sur la table de nuit, avant de s’étendre à côté de lui sur le lit. Elle l’observa quelques instants, se souvenant qu’elle aimait le regarder dormir... Il semblait tellement paisible. Et puis, ne dit-on pas que l’on sait que l’on est amoureux lorsqu’on peut regarder l’autre dormir sans s’en lasser? Ce ne pouvait être plus vrai. Elle déposa finalement un baiser au creux de son épaule, avant de caresser les contours de son tatouage du bout des doigts pour le réveiller en douceur. « Bonjour », murmura-t-elle lorsqu’il ouvrit les yeux. « Bien dormi ? » demanda-t-elle en esquissant un sourire plein de douceur.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul T. Wesley

Paul T. Wesley

› awards : 381
› los angeles since : 19/01/2013

you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: Re: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto EmptySam 2 Mar - 17:17

you drive me crazy

J'aimais toujours autant traîner sur les plateaux de tournage même si cela signifiait que je devais faire quelques sacrifices du côté de ma vie privée. En effet, cela faisait quelques semaines déjà que je n'avais pas appelé mes sœurs et je devais avouer qu'elle me manquait terriblement. J'avais eu Monica, il y a à peu près deux semaines et elle me disait avoir vu nos deux jeunes sœurs, toutes deux aussi terribles avec nos parents bien que Julia allait sur ses dix-huit ans. Cela me manquait de ne pas voir leurs frimousses, de ne pas les voir se batailler elle et Leah tandis que c'était Monica qui tempérait même si j'aimais bien y ajouter mon grain de sel. Tant de retrouvailles en famille que je manquais par mon planning de tournage assez serré. De plus, je n'arrivais plus à voir ma fiancée non plus, Torrey. Mais peut-être était-ce aussi un peu de ma faute. Je devais avouer que cette histoire de mariage me rendait nerveux. Pourtant, j'avais été sûr de moi, il y a quelques mois de cela, lorsque je lui avais demandé de devenir mon épouse. Amoureux, certain que mon avenir serait avec elle, je n'avais pas hésité une seconde, convaincu qu'elle était la femme de ma vie et que peut-être un jour nous aurions de petits Wesvitto qui courraient dans le jardin de notre villa. Or, ces derniers temps c'était comme si cette perspective là m'effrayait. J'avais passé des soirs à rêver, à m'imaginer une vie avec la belle DeVitto, m'imaginant heureux entouré d'une famille que nous fonderions tous les deux. Toutefois, c'était comme si je n'étais plus sûr, que mes « bases » s'étaient écroulées et que je me sentais étouffé par cette situation. Alors je m'échappais, je fuyais nos rendez-vous, j'oubliais les préparatifs et j'évitais d'en parler. Mais si ce n'était que les conversations que j'évitais... j'évitais plutôt celle que j'aimais pourtant éperdument. Celle que j'avais demandé en mariage. Pourquoi ? C'était une question qui me torturait l'esprit, une simple question qui pourtant tournoyait en moi à la recherche d'une réponse concrète mais qui n'en trouvait malheureusement aucune. Mais peut-être que cette réponse portait un nom après tout ? Nina. Cela faisait maintenant assez longtemps que je la connaissais, presque quatre ans et pourtant nous n'avions jamais été plus proches que ces temps-ci, ce qui m'embrumait l'esprit je devais l'avouer. Je n'arrivais même pas à qualifier la relation que nous avions ces derniers temps... Amis ? Amis proches ? Je ne savais plus très bien où j'en étais avec elle, tout était bien confus dans ma tête et peut-être était-ce pour cela que je faisais tout pour oublier tout ce qui était en rapport avec mon mariage prochain. De plus, Nina était avec Joseph et ils semblaient bien heureux tous les deux alors pourquoi devrais-je m'inquiéter d'une relation avec la bulgare s'il n'était censé y avoir aucun risque. Et puis, il y avait Torrey. Cette belle brune dont je m'étais entiché lors du tournage de Killer Movie. Et pour la première fois de ma vie, je m'étais senti bien avec une personne, j'avais envisagé un avenir, quelque chose de concret et alors que j'étais à deux doigts de réaliser ce que j'avais toujours espéré, tout se remettait en cause, mes doutes ne s'estompant pas au fur et à mesure que le temps passait et pourtant, j'espérais qu'ils finissent par le faire si j'étais destiné à épouser la belle DeVitto. Mais la distance qui nous séparait par nos tournages respectifs ne nous y aidait pas non plus. C'était comme si elle encourageait mes doutes mêmes. Elle à Charleston tandis que je résidais à Atlanta, il était rare que nous nous voyons ces temps-ci. Même lors de notre jour de repos, nous l'avions passé chez Matt parce qu'il nous l'avait proposé. Matt était un de mes meilleurs amis et il était normal pour lui que j'accepte. Torrey avait semblé satisfaite aussi bien qu'elle soit moins proche du Davis mais séjourner à L.A lui avait permis de retrouver sa sœur qu'elle ne voyait pas souvent elle non plus. Cependant, j'avais bu ce soir durant lequel elle était partie retrouver sa petite sœur et je m'étais rendu chez Nina, ivre. Lorsqu'il avait fallu que nous repassions par chez le Davis, c'était parce que je pensais que la brune ne serait pas rentrée et qu'alors il était normal que je la prévienne d'être sorti en lui laissant un petit mot. Seulement dans mon plan, j'avais oublié le fait que Torrey pouvait se trouver déjà chez le Davis, bouleversant ainsi mon petit plan parce que si je lui avais envoyé un message, elle m'aurait sans doute appelé et je n'avais pas eu envie d'un interrogatoire ce matin-là. J'avais certes choisi le moyen le plus lâche pour lui dire que j'étais sorti seulement cela m'évitait les speechs de bonne heure... J'avais donc passé ma journée avec Nina mais lorsque nous nous retrouvions tous les deux avec Torrey, il y avait comme un froid que le Davis tentait d'estomper avec ses habituelles pointes d'humour. Après cela, nous étions tous repartis chez nous. Davis restait à L.A pour sa nouvelle série Cult, que je suivais quand j'en avais le temps et je devais dire que j'avais complètement accroché dès les deux premiers épisodes sortis ! Après, Torrey était repartie à Charleston bien avant que je puisse lui dire au revoir. Elle était rentrée alors qu'elle ne m'avait pas attendu et je sus qu'elle était déçue de ce week-end. Bien évidemment, je me sentais mal que nous repartions comme si de rien n'était chacun de notre côté et sa présence à mes côtés me manquait terriblement également même si je ne lui montrais guère. Elle me manquait, son sourire, sa voix le matin, de pouvoir l'entourer de mes bras et la serrait contre moi, paressant dans le lit. Tous ces petits gestes qui étaient restreints par la distance. Elle avait bien tué des couples mais le nôtre résistait depuis bien longtemps mais jusqu'à quand exactement ? C'était ce qui m'avait traversé l'esprit lorsque je lui avais demandé de devenir mon épouse, avec la pensée qu'en était mienne officiellement, qu'en franchissant cette nouvelle étape dans notre couple, cela scellerait comme un pacte entre nous : que nous ne nous quitterions jamais. Or je doutais et je m'en voulais parce qu'elle était adorable.

J'étais seul dans ce grand lit comme je l'étais maintenant depuis de longs mois sans ma fiancée. J'avais tellement apprécié le fait qu'elle avait travaillé avec moi sur le tournage de Vampire Diaries, la voir presque tous les jours, le fait qu'elle puisse dormir avec moi de nouveau, c'était tout ce que j'avais toujours espéré et c'était pourquoi le fait qu'elle parte travailler à Charleston, m'avait d'abord déplu et j'avais eu du mal à me refaire à son absence. Peut-être participait-ce au fait que je me sois tant rapproché de la jeune Dobrev ? Je n'obtiendrais donc jamais de réelle réponse... Cependant, ce matin-là, je dormais à poings fermés, ne me doutant pas de la surprise qui m'attendait. Je sentis cependant une bonne odeur de café qui vint me caresser les narines tandis que je sentis un léger baiser au creux de mon oreille et des doigts qui doucement venaient redessiner les contours de mon tatouages sur la peau. « Bonjour. » entendis-je alors que j'ouvrais les yeux. « Bien dormi ? » Je m'étirais légèrement, me réveillant doucement. Torrey était là et je ne pus décrire l'indescriptible sentiment qui m'envahissait à ce moment-même. J'étais tellement heureux de la voir à mes côtés. « Bonjour toi. » fis-je en souriant, déposant un baiser sur son front. « Comme toujours. Mais le mieux est certainement de m'être réveillé au son de ta voix. » J'étais un gros dormeur, j'aimais paresser dans mon lit. Je n'étais pas fainéant, loin de là mais mon lit, il était sacré. En plus de cela, j'aimais quand elle venait me réveiller avec sa douceur habituel, c'était une des nombreuses choses que j'aimais en elle. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » demandai-je en lui caressant la joue tendrement. Il me semblait pourtant qu'elle m'avait dit ne pas avoir de jour de repos avant la semaine prochaine, c'était pourquoi j'étais surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torrey J. DeVitto

Torrey J. DeVitto

› awards : 43
› los angeles since : 25/02/2013

you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: Re: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto EmptySam 9 Mar - 18:28



Wesvitto





Unless it's mad, passionate, extraordinary love, It's a waste of your time. There are too many mediocre things in life. Love shouldn't be one of them. ▬ Blessée. C’est ainsi que Torrey avait quitté Los Angeles le week-end dernier. Ca avait été un cercle vicieux. Plus elle était triste, plus elle était en colère, et plus elle était en colère, plus elle se sentait triste. Le fait est qu’elle avait peur. Elle était morte de trouille à l’idée de perdre Paul. Et c’était précisément l’impression qu’elle avait depuis quelques semaines. Elle le sentait moins présent et ne savait pas si c’était elle qui se faisait des films ou si c’était bien la réalité. La dernière fois avait sans doute été la goutte d’eau. Elle le pensait avec Matt et elle l’avait finalement retrouvé avec Nina. Elle appréciait la jeune femme, ce n’était pas la question. Mais elle avait eu envie de passer du temps avec son fiancé et elle l’avait finalement peu vu. Elle pouvait comprendre qu’il veuille passer du temps en compagnie de l’interprète d’Alaric, ils étaient proches et ce dernier ne tournant plus dans la série, ils n’avaient plus autant l’occasion de se voir. Mais Nina ? Elle l’avait mal pris, parce qu’elle aurait aimé être à la place de la bulgare. Elle aurait aimé passer du temps avec lui, qu’ils se retrouvent un peu, qu’ils parlent du mariage… Parce que même pour ça, elle le sentait fuyant ! Parler avec Maryelle lui avait fait du bien, elle avait pu lâcher ce qu’elle avait sur le cœur. Elle avait tellement de doutes, tellement de craintes… Elle en était même venue à se demander s’il l’aimait encore. Elle était finalement rentrée à Charleston précipitamment. Elle s’en était voulue de s’en aller sur une note négative, mais d’un autre côté, elle avait eu besoin de prendre ce recul. Si elle était restée, rien de bon n’en serait sorti. Elle était tellement furieuse qu’ils se seraient sans doute disputés.

A Charleston, elle s’était principalement concentrée sur son travail. Elle aimait beaucoup son personnage et jouer Maggie lui permettait de se défouler. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette dernière n’avait pas sa langue dans sa poche ! Elle était énergique, pleine d’avis et ne se laissait pas marcher sur les pieds. C’était presque thérapeutique d’interpréter un tel personnage. Et puis d’une certaine façon, elle aussi elle avait envie de se battre. Ces derniers temps, elle se laissait paralyser par ses doutes et ses craintes, et ça ne lui ressemblait pas. Elle était même plutôt intrépide parfois. Après tout, c’était bien elle qui s’était envolée à Los Angeles à l’âge de dix-huit ans ou encore qui était partie seule au Japon le temps d’un été. Elle s’était toujours battue pour réaliser ses rêves. Et Paul… Ce n’était pas seulement ce rêve. Il était plus que ça, il était la personne avec qui elle voulait réaliser ses autres rêves. Elle avait trouvé une oreille attentive en sa collègue Elle. Depuis qu’elle avait commencé à tourner dans la série, elle était devenue assez proche de la jeune femme, qui était nouvelle, tout comme elle. Cette fille était un véritable rayon de soleil et c’était impossible de ne pas s’attacher à elle. Cette dernière lui avait finalement conseillé d’aller rejoindre son fiancée. L’idée était apparue comme une évidence pour la jeune femme. Elle était donc simplement rentrée chez elle le temps de prendre une douche et de prendre quelques affaires pour le week-end. Elle avait demandé à Elle si elle pouvait garder son chien, Beau, et cette dernière avait accepté. Le fait est que ce chien était une perle ! Il était des plus affectueux, ne prenait pas de place et faisait assez peu de bêtises. Elle espérait d’ailleurs qu’il ne la ferait pas mentir sur ce dernier point, parce que… Oui, bon parfois, il faisait quelques bourdes, du genre s’échapper et traverser la rue en plein trafic à Los Angeles. Bon sang, elle se souvenait encore que Paul avait dû s’élancer à la poursuite du chien, au milieu des voitures, pour le rattraper. Ce souvenir la faisait sourire aujourd’hui, mais sur le coup, elle n’avait pas été particulièrement rassurée.

Le tournage s’étant terminé tard, elle passa le reste de la nuit à conduire. Elle était un peu fatiguée, mais elle avait tellement hâte d’arriver à Atlanta que son envie de dormir était secondaire. Comme le lui avait dit Elle, elle devait être épique ! Elle s’arrêta dans une boulangerie française pour acheter des croissants et commença à préparer le petit-déjeuner en arrivant chez Paul. Elle avait les clés ce qui facilitait la surprise. Elle prit soin d’être discrète pour ne pas risquer de la réveiller. Elle se doutait qu’il avait sans doute terminé le tournage tard, comme souvent, et qu’il devait être épuisé. Lorsque tout fut prêt, elle entra dans la chambre à pas de loup et déposer le plateau sur la table de chevet, avant de venir s’allonger près de son fiancé. Elle l’observa quelques instants, juste pour le plaisir de le voir si paisiblement endormi, puis entreprit de le réveiller en douceur. Un baiser au creux de cou, une caresse du bout des doigts sur son tatouage… Et il ouvrit les yeux. « Bonjour toi. » Elle ferma brièvement les yeux en souriant, lorsqu’il l’embrassa sur le front. « Comme toujours. Mais le mieux est certainement de m'être réveillé au son de ta voix. » Elle était rassurée par ses paroles, rassurée que son impression de froid et de distance ne soit plus là… Au moins pour le moment. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Elle porta sa main jusqu’à la sienne, tandis qu’il caressait sa joue. « Tu me manquais, et… Je déteste la façon dont on s’est quitté le week-end dernier », avoua-t-elle en relevant les yeux vers les siens. Elle se rapprocha un peu plus de lui pour l’embrasser tendrement. Ils s’étaient appelés entre temps, bien sûr, mais… Ce n’était pas pareil, et tant qu’elle n’avait pas digéré cette histoire, elle s’était montrée assez évasive, écourtant les moments où ils pouvaient se parler, par des banalités. « D’ailleurs, j’espère que tu n’as rien de prévu ce week-end parce que je ne compte te partager avec personne ! » ajouta-t-elle avec un sourire espiègle aux lèvres. Voilà, ça, c’était elle. Elle disait ce qu’elle pensait, faisait ce qu’elle voulait. Et ce qu’elle voulait, c’était passer du temps avec lui, sans se demander si il préférerait être ailleurs, avec quelqu’un d’autre. Elle se redressa finalement pour attraper un des mugs qu’il y avait sur le plateau. « Café ? » fit-elle en lui tendant la tasse. « J’ai préparé une salade de fruits et j’ai trouvé des croissants en route ! » ajouta-t-elle en désignant ce que contenait le plateau, avant d’attraper la seconde tasse. N’ayant pas dormi de la nuit, elle avait un besoin intense de caféine, croyez-moi ! Elle laissa passer un moment de silence, le temps qu’ils débutent tous les deux leur petit-déjeuner, avant de reprendre la parole. Elle reposa sa tasse de café sur le plateau. « Paul, je… » commença-t-elle. Elle hésitait, ne sachant pas vraiment comment tourner ce qu’elle avait à dire. « Je sais que j’ai été un peu… Invivable avec la préparation du mariage », admit-elle, en baissant les yeux. Elle le reconnaissait, elle s’était montrée assez intraitable, y compris avec lui. « Je crois que je me mis suis la pression toute seule pour qu’on organise quelque chose de parfait… Et je suis désolée d’avoir intransigeante et de t’avoir mis la pression aussi » Peut-être que c’était pour ça qu’il s’était éloigné, qu’il s’était montré moins enthousiaste, qu’il n’était pas venu à certains rendez-vous pour l’organisation du mariage. « J’ai beaucoup réfléchis cette semaine, et… Je m’en fiche d’avoir des fleurs parfaites ou du poisson à la place de la viande pour le repas… » Elle encadra son visage avec ses mains, caressant délicatement ses joues avec ses pouces. « Je te veux juste toi, et qu’on organise quelque chose qui nous ressemble à tous les deux », avoua-t-elle avant de l’embrasser tendrement. « Bon… Et bien sûr une jolie robe et nos familles, sinon tes sœurs et les miennes seraient bien capables de nous tuer ! » ajouta-t-elle avec une pointe d’humour.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul T. Wesley

Paul T. Wesley

› awards : 381
› los angeles since : 19/01/2013

you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: Re: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto EmptyVen 15 Mar - 19:36

you drive me crazy

Je devais avouer que j’avais passé beaucoup de temps à fuir celle qui allait bientôt devenir ma femme. Nous devions préparer ce mariage ensemble, nous devions aller aux rendez-vous tous les deux, nous devions choisir les couleurs des tables, des roses, des fleurs ou que ne sais-je d’autre, ensemble. Or, je préférais fuir mes obligations alors que j’en étais moi-même responsable puisque c’était moi qui l’avait demandé en mariage, tout seul comme un grand. Mais d’ailleurs responsable de quoi ? D’avoir voulu que notre relation passe une autre étape et qu’elle devienne plus importante ? D’avoir cru en ce que j’avais toujours voulu secrètement ? Sauf que maintenant, je doutais, je tentais de fuir cette situation. J’avais la trouille en fait. Mais la trouille de quoi exactement ? Je pensais de l’engagement, dit comme cela, le mariage me faisait peur si c’était un engagement. Mais le fait était que c’était quelque chose de très important et qui comptait énormément dans une vie et de plus, c’était un tournant décisif dans notre relation. Je devais accepter de passer cette étape, c’était comme une sorte de test après tout ? Le mariage était une nouvelle façon de prouver que j’étais bel et bien amoureux d’elle mais alors pourquoi j’hésitais tant bon sang ? Nul n’avait la réponse si moi-même je ne l’avais pas. En plus de cela, mon rapprochement avec la bulgare ne faisait qu’empirer mon désir de fuir ce mariage…

Toutefois, Torrey m’avait fait la surprise de quitter Charleston pour venir me retrouver à Atlanta. Je ne pouvais décrire le sentiment qui m’avait envahi l’instant où j’avais ouvert les yeux pour la voir près de moi. Nous ne nous étions pas tellement quittés en bon terme le week-end précédant, du moins c’était ce que j’en avais déduis lorsque j’étais rentré de ma journée avec Nina et que j’avais découvert que Torrey était partie de chez Matt sans rien ne dire, ni à lui ni à moi bien qu’à lui c’était compréhensible qu’elle ne lui dise rien mais moi, elle aurait tout de même pu m’informer. Cependant, je n’arrivais pas vraiment à savoir pourquoi elle avait réagi ainsi, peut-être était-ce d’avoir passé la journée avec Nina ? C’était une question qui restait toujours en suspens. Mais elle était venue me retrouver à Atlanta alors que je me doutais qu’elle avait travaillé la veille. Je lui demandais tout de même ce qu’elle venait faire ici parce qu’il ne me semblait pas qu’elle m’avait dit avoir eu un journée de repos, ce qui m’étonnait dans ce cas-là puisqu’elle m’en informait toujours pour que nous puissions prévoir un petit week-end ensemble. Seulement, avec le week-end dernier, peut-être avait-elle préféré omettre le fait qu’elle était de repos ? ou peut-être que cette surprise était déjà prévue ? « Tu me manquais, et… Je déteste la façon dont on s’est quitté le week-end dernier » Elle posa ses lèvres contre les miennes en un tendre baiser durant lequel je fermai les yeux, appréciant ce moment de tendresse que nous n’avions plus que rarement ces temps-ci. Je passai la main sur ma nuque, légèrement embarrassé par ce qu’elle venait de me dire un peu plus tôt. Je me sentais comme étrangement coupable de cela… « Oui, j’avoue que je n’ai pas très bien compris… On n’a pas trop eu l’occasion de parler de ça… C’était à cause de Nina ? » finis-je par demander, question qui me brûlait les lèvres depuis un moment mais que je n’avais osé prononcer par téléphone, préférant me retrouver face à la belle DeVitto. « D’ailleurs, j’espère que tu n’as rien de prévu ce week-end parce que je ne compte te partager avec personne ! » Je souris, la renversant sur le lit posant mes mains sur le lit, entourant ainsi son doux visage. « Non, je suis tout à toi. » répondis-je sur le même ton avant que nous ne nous redressions. « Café ? » me demanda-t-elle en prenant les tasses. Je pris celle qu’elle me tendait avant de hocher la tête. « J’ai préparé une salade de fruits et j’ai trouvé des croissants en route ! » C’était adorable de sa part et je culpabilisais d’avoir été aussi distant avec elle ces derniers temps. Elle tentait de me couvrir de toutes les attentions possibles, allant jusqu’à Atlanta pour me servir mon petit déjeuner alors que j’ignorais si elle avait pris l’avion ou la voiture. « Comme quand nous étions à Paris ! Merci » souris-je tandis que je bus une tasse de café, mordant dans un croissant. Cela me rappelait notre séjour en France que j'avais particulièrement adoré ! La France était vraiment un beau pays et Paris me plaisait bien. « Paul, je… » Je relevai la tête, buvant une nouvelle gorgée de café, attendant qu’elle poursuive même si je me doutais déjà du sujet qui allait s’enchaîner. « Je sais que j’ai été un peu… Invivable avec la préparation du mariage. » Je la vis baisser les yeux tandis que je me sentais impuissant et coupable qu’elle croit qu’elle était la seule fautive. Or, j’étais certainement le fautif dans l’histoire puisque c’était moi qui fuyais la situation. « Je crois que je me suis mis la pression toute seule pour qu’on organise quelque chose de parfait… Et je suis désolée d’avoir été intransigeante et de t’avoir mis la pression aussi » Je baissais les yeux à mon tour, restant silencieux alors qu’elle poursuivit, « J’ai beaucoup réfléchis cette semaine, et… Je m’en fiche d’avoir des fleurs parfaites ou du poisson à la place de la viande pour le repas… » Cette réplique eut le don de m’arracher un sourire tandis que je sentis ses mains se poser sur mes joues, les caressant de ses pousses. « Je te veux juste toi, et qu’on organise quelque chose qui nous ressemble à tous les deux » ajouta-t-elle, m’embrassant à nouveau. « Bon… Et bien sûr une jolie robe et nos familles, sinon tes sœurs et les miennes seraient bien capables de nous tuer ! » Je lâchai un petit rire. Je savais que c’était maintenant à mon tour de parler même si j’ignorais par quoi commencer. Il y avait tant de choses à dire et à réfléchir que je ne savais même pas laquelle exposer en premier. Je tentais tout de même, maladroitement. « Oui, à mon avis, elles ont déjà leur propre idée quant au mariage ! » fis-je en souriant. Mes sœurs m'avaient déjà assommé par leurs idées, elles étaient dix fois pires que Torrey, il fallait l'avouer. « Ecoute... ce n'est pas que de ta faute, je me rends compte que je n'ai pas été très présent non plus. » avouai-je avant de poursuivre, tentant de chercher une excuse, en vain même si elle pouvait être plausible. « Je pense que j'ai été assez pris par TVD et que je t'ai laissé un peu de côté aussi mais je vais essayer d'être plus là, pour le mariage et surtout pour toi... » finis-je en déposant un léger baiser sur ses lèvres. Je savais que ce n'était peut-être pas que ces simples mots qu'elle souhaitait entendre mais je détestais ce genre de conversations, j'étais toujours plus ou moins mal à l'aise surtout que je ne savais pas vraiment la raison exacte qui me poussait à fuir ces préparatifs d'un jour qui était censé devenir l'un des plus importants de ma vie et de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torrey J. DeVitto

Torrey J. DeVitto

› awards : 43
› los angeles since : 25/02/2013

you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: Re: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto EmptyLun 18 Mar - 20:06



Wesvitto





Unless it's mad, passionate, extraordinary love, It's a waste of your time. There are too many mediocre things in life. Love shouldn't be one of them. ▬ Conduire toute la nuit pour le retrouver était une folie… Mais une belle folie. S’ils parvenaient à gérer la distance, ça n’empêchait qu’il lui manquait chaque jour. Il y avait toujours quelque chose, un détail dont elle avait envie de lui parler. La plupart du temps, elle le faisait, c’était une façon d’être ensemble, même s’ils étaient loin l’un de l’autre. Lorsqu’elle avait commencé à tourner dans « Army Wives », elle avait dû faire de la moto, ce qu’elle détestait en temps normal. A chaque fois qu’elle en avait fait avec Paul, elle avait été morte de peur, accrochée à lui. Mais cette fois-ci, elle n’avait guère eu le choix puisque c’était pour son métier. C’est donc fière d’elle qu’elle lui avait envoyé une photo où elle était sur une moto. C’était le genre de choses qui lui manquait, ces petits moments de détails qui prenaient pourtant toute leur importance. Au cours de la semaine qui venait de s’écouler, il n’y en avait pas eu. Elle était restée vague avec lui au téléphone, accentuant encore davantage le manque qu’elle avait de lui. Et même si le week-end dernier lui avait fait de la peine, c’était ridicule… Ridicule de se retenir d’être près de lui alors qu’elle en mourrait d’envie. Voilà ce qu’elle faisait ici. Il lui manquait et elle détestait la façon dont ils s’étaient quittés il y a une semaine. L’embrasser était une façon de lui dire que malgré tout, c’était ici qu’elle avait envie d’être, peu importe les froids qu’il pouvait y avoir entre eux. « Oui, j’avoue que je n’ai pas très bien compris… On n’a pas trop eu l’occasion de parler de ça… C’était à cause de Nina ? » Elle se mordilla la lèvre inférieure dans une légère grimace. C’était logique qu’il lui pose la question, mais d’une certaine façon, en parler ravivait ce moment douloureux. Parce que oui, ça l’avait été. Peut-être que ce n’était qu’une accumulation, mais elle avait été suffisamment mal pour finir en larmes chez sa petite sœur, suffisamment mal pour rentrer à Charleston plus tôt que prévu, sans même dire au revoir à Paul. « Oui et non », répondit-elle finalement en baissant les yeux vers ses mains. Ce n’était sans doute pas une réponse d’une grande clarté, mais ce n’en était pas moins vrai. Ce n’était pas Nina à proprement parlé qui la gênait, dans la mesure où elle appréciait la jeune femme. « On n’a pas vraiment l’occasion de se voir très souvent tous les deux… Et pour une fois qu’on en avait l’occasion, j’espérais qu’on serait un peu plus en tête à tête », avoua-t-elle en relevant les yeux vers lui. « Je peux comprendre que tu ais eu envie de passer du temps avec Matt, parce que c’est un de tes meilleurs amis et que tu n’as plus autant l’occasion de le voir qu’avant. J’étais aussi contente de pouvoir passer une soirée avec Maryelle et des amies que je ne peux pas voir aussi souvent que je le voudrais… Mais, quand je suis rentrée chez Matt, tu n’y étais pas. Et ensuite tu es arrivé avec Nina… Et ça m’a fait mal. » Autant être honnête et ne pas édulcorer ce qu’elle avait pu ressentir. « T’as l’occasion de la voir toujours… Et je crois que j’ai été jalouse parce que j’ai eu l’impression que tu préférais passer du temps avec elle qu’avec moi. » conclut-elle. Elle ne savait pas comment il allait réagir. Elle espérait qu’il ne le prenne pas mal, la jalousie n’étant pas forcément une preuve de confiance envers l’autre dans un couple. En tous cas, elle espérait qu’il n’avait rien de prévu ce week-end, parce qu’elle comptait bien le garder pour elle toute seule. Elle rit lorsqu’il la fit basculer contre le matelas. « Non, je suis tout à toi. » Elle caressa la fossette qu’il avait au coin des lèvres avec son pouce, en plongeant son regard dans le sien, avant qu’ils ne se redressent. Elle avait préparé le petit-déjeuner, alors autant en profiter pendant que le café était encore chaud. Elle avait également fait une salade de fruits et acheté des croissants dans une boulangerie française d’Atlanta. « Comme quand nous étions à Paris ! Merci » Elle avait adoré Paris. Elle avait aimé être submergée de culture, se balader avec lui main dans la main, sentir cette atmosphère si particulière et romantique que pouvait dégager la ville. « On était bien à Paris… » murmura-t-elle, avec un petit sourire en coin.

Elle resta silencieuse un moment pour qu’ils puissent profiter tranquillement du petit-déjeuner, mais elle avait besoin de lui parler d’autre chose. Elle avait longuement réfléchi au cours de la semaine qui venait de s’écouler. Elle avait réalisé qu’elle avait peut-être été invivable concernant le mariage. Elle avait tellement envie que tout soit parfait, qu’elle en avait perdu de vue le principal. Peu importe les fleurs, les plats, le gâteau… C’était eux l’important, non ? Il était tout ce qu’elle vivait, le reste importait peu finalement. Certes, elle n’avait rien contre porter une jolie robe et qu’ils soient entourés de leurs familles évidemment ! Dans le cas contraires, leurs sœurs seraient bien capables de les tuer. « Oui, à mon avis, elles ont déjà leur propre idée quant au mariage ! » Elle sourit avec amusement, tant c’était vrai. « Julia m’a appelé deux fois pour connaître la couleur des robes de demoiselles d’honneur, et Maryelle m’a soumis à peu près dix idées de coiffures ! » répondit-elle en riant. Sa sœur étant coiffeuse, Torrey lui confiait toujours ses cheveux, et n’en était d’ailleurs jamais déçue. « Ecoute... ce n'est pas que de ta faute, je me rends compte que je n'ai pas été très présent non plus. » Ce n’était pas faux, puisqu’elle avait eu l’impression qu’il la fuyait. Mais elle n’avait eu de cesse de se demander s’il la fuyait parce qu’elle lui mettait trop de pression avec le mariage à organiser ou pour une autre raison. « Je pense que j'ai été assez pris par TVD et que je t'ai laissé un peu de côté aussi mais je vais essayer d'être plus là, pour le mariage et surtout pour toi... » C’était tout ce qu’elle avait besoin d’entendre, tout ce qu’elle avait envie d’entendre. « Merci », murmura-t-elle, avant de l’embrasser tendrement à son tour. Pourtant, elle le sentit un peu mal à l’aise. Ils étaient ensemble depuis presque six ans, alors elle finissait par le détecter lorsque quelque chose clochait et c’était son impression actuelle. Mais elle préféra chasser cette idée de son esprit, elle ne pouvait pas se laisser aller aux doutes à chaque fois. Peut-être qu’elle se faisait des films voilà tout. « On devrait bouger de ce lit… Même si c’est tentant d’y rester ! » plaisanta-t-elle, un air espiègle qui en disait long, sur son visage. Et puis soyons honnête, si elle restait là, elle allait sombrer dans le sommeil d’une minute à l’autre, résultat d’une nuit blanche. « Qu’est-ce que tu veux faire aujourd’hui ? » lui demanda-t-elle finalement en se redressant pour se lever du lit. Elle commença à attraper le plateau pour le ramener dans la cuisine.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty
MessageSujet: Re: you drive me crazy ∞ ft. wesvitto   you drive me crazy ∞ ft. wesvitto Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you drive me crazy ∞ ft. wesvitto
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela
» [UPTOBOX] Drive [DVDRiP]
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» She's crazy but I like it...
» Lord Crazy rouvre ses portes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Etats-Unis-
Sauter vers: